Depuis un quart de siècle, Belfius analyse les comptes des hôpitaux belges et publie une vaste étude sectorielle. Baptisée Maha, pour " Model for automatic hospital analyses ", elle s'est penchée, cette année, au chevet des 44.422 lits de 91 hôpitaux généraux - le rapport ne prend donc pas en compte les établissements universitaires et académiques. Que faut-il...

Depuis un quart de siècle, Belfius analyse les comptes des hôpitaux belges et publie une vaste étude sectorielle. Baptisée Maha, pour " Model for automatic hospital analyses ", elle s'est penchée, cette année, au chevet des 44.422 lits de 91 hôpitaux généraux - le rapport ne prend donc pas en compte les établissements universitaires et académiques. Que faut-il en retenir ? Premièrement, le chiffre d'affaires global a augmenté de 5,2 % à 15,54 milliards d'euros. Mais ce beau résultat ne débouche que sur un résultat courant de 31,8 millions, abstraction faite des événements exceptionnels. Soit à peine 0,2 % du chiffre d'affaires. Ce qui fait dire à Belfius " que la moindre perturbation des revenus peut avoir des conséquences catastrophiques sur le secteur ". En outre, 32 % des hôpitaux ont terminé l'année dans le rouge. Mais c'est mieux qu'en 2017 (44 %). Quant au cash-flow, utile pour mesurer la capacité à rembourser les dettes à court terme, il est insuffisant pour 18 % des institutions et négatif pour 2 %. Deuxièmement, la transition vers une hospitalisation de jour s'accentue. Depuis 2014, les admissions ont progressé de 0,5% par an alors que les journées d'hospitalisation chutaient de 0,8 %. En 2018, les soins ambulatoires n'ont représenté que 18 % des journées mais quasiment 60 % des admissions. Troisièmement, les frais de personnel (42,8 % du chiffre d'affaires sectoriel) ont crû de 3,1 %. Reflet d'une augmentation du coût mais aussi du nombre d'équivalents temps plein, le résultat est peut-être à relier avec le nombre de patients par infirmier ou infirmière. Il est de 10,7 en Belgique, largement au-dessus de la moyenne européenne (9). Enfin, sans surprise vu le contexte budgétaire des soins de santé en Belgique, les investissements ont baissé de près de 20 % l'an dernier.