La semaine dernière, Boris Johnson a annoncé un investissement historique dans le rail anglais. D'un montant de 96 milliards de livres, il est destiné à four...

La semaine dernière, Boris Johnson a annoncé un investissement historique dans le rail anglais. D'un montant de 96 milliards de livres, il est destiné à fournir des gains massifs de mobilité dans les Midlands et au nord du pays, précisément là où les Tories ont fait de sérieux gains aux dernières élections générales. Las! c'est un vent de critiques qui, depuis, ne cesse de s'abattre sur le Premier ministre. Et pour cause, il a mangé une promesse de campagne. Initialement, trois lignes à grande vitesse devaient être construites au nord: HS2-ouest de Londres à Manchester via Birmingham, HS2-est, un embranchement de Birmingham vers Leeds et HS3 de Leeds à Manchester via Bradford. Or, ces deux dernières lignes sont abandonnées au profit d'une modernisation de lignes existantes.