BlackRock, le grand gestionnaire d'actifs anglo-saxon, a récemment publié une étude sur le futur du secteur automobile, " qui fait aujourd'hui face à des défis importants, que ce soit en raison de nouvelles réglementations contraignantes, des désirs changeants des consommateurs, ou de nouvelles technologies disruptives ". " Nous pensons que deux changements majeurs vont se produire durant les 10 prochaines années, souligne Ewen Cameron Watt, senior director de BlackRock. A savoir la généralisation des systèmes avancés d'assistance à la conduite (surveillance des points morts, prévention des collisions, détection du trafic) dans l'ensemble des véhicules, qui précédera la prolifération des véhicules autonomes vers la fin de la prochaine décennie ; et la montée en puissance des voitures hybrides et électriques dans un second temps. "
...

BlackRock, le grand gestionnaire d'actifs anglo-saxon, a récemment publié une étude sur le futur du secteur automobile, " qui fait aujourd'hui face à des défis importants, que ce soit en raison de nouvelles réglementations contraignantes, des désirs changeants des consommateurs, ou de nouvelles technologies disruptives ". " Nous pensons que deux changements majeurs vont se produire durant les 10 prochaines années, souligne Ewen Cameron Watt, senior director de BlackRock. A savoir la généralisation des systèmes avancés d'assistance à la conduite (surveillance des points morts, prévention des collisions, détection du trafic) dans l'ensemble des véhicules, qui précédera la prolifération des véhicules autonomes vers la fin de la prochaine décennie ; et la montée en puissance des voitures hybrides et électriques dans un second temps. " " Les estimations quant à une adoption massive de ces technologies varient, mais les ventes combinées de modèles hybrides et électriques pourraient dépasser celles des véhicules traditionnels d'ici une décennie ", fait savoir le senior director de BlackRock. Et dans ce domaine, c'est la Chine qui pourrait figurer parmi les early adopters les plus enthousiastes, le régime de Pékin comptant beaucoup sur les véhicules électriques pour diminuer la pollution des centres urbains. " Nous pensons que ce pays pourrait représenter 40 % des modèles hybrides et électriques vendus dans le monde d'ici 2030 ", souligne Ewen Cameron Watt. En termes d'impact sur le marché de masse, l'étude de BlackRock souligne que les deux prochaines années seront cruciales, avec l'apparition de nouveaux modèles affichant des prix compétitifs par rapport aux véhicules traditionnels. Ces bouleversements auront des impacts importants sur les producteurs traditionnels, mais aussi sur les fournisseurs, et sur un grand nombre d'autres secteurs économiques. " Certains assureurs sont déjà en train d'offrir des réductions de primes pour les clients qui s'équipent de systèmes d'assistance à la conduite, et nous pensons que cette pratique devrait se généraliser ", indique Ewen Cameron Watt. Dans une deuxième phase, la diminution du nombre de sinistres pourrait se traduire par une baisse encore plus marquée des primes. Le développement de batteries électriques de haute capacité sera primordiale pour assurer le succès des voitures électriques. Le prix des batteries électriques devrait décliner de 73 % d'ici 2030 tandis que leur capacité doublera. Mais ces éléments nécessitent beaucoup de cobalt, une matière première dont le prix a doublé sur les 12 derniers mois. La production actuelle ne permettra pas de soutenir la croissance du parc automobile électrique. " De nombreuses sociétés minières sont actuellement en train d'investir pour augmenter leur production, en vue d'anticiper la forte croissance de la demande ", précise le senior director. A l'inverse, les métaux de la famille du platine (fortement utilisés dans les catalyseurs) pourraient être mis sous pression. De même, la flotte de véhicules électriques risque également de supprimer les surcapacités actuelles dans la production d'électricité de nombreux pays occidentaux. Ces bouleversements auront bien entendu des implications profondes pour les investisseurs. Car le risque actuel sur le secteur automobile n'est pas uniquement dans une plus forte volatilité des cours, mais surtout dans une perte " importante et éventuellement permanente " du capital investi. L'industrie automobile est très intensive en capital, avec des délais qui ont souvent été très longs pour adopter de nouvelles avancées technologiques. " L'accélération à laquelle nous assistons actuellement va leur poser des défis, et les groupes qui seront en mesure d'introduire rapidement des avancées technologiques à des prix attractifs mettront une pression importante sur leurs concurrents, et se positionneront favorablement face aux nouveaux entrants ", poursuit Ewen Cameron Watt. La généralisation des systèmes d'assistance aura également un impact sur les fournisseurs de ces systèmes, avec le risque d'assister à une baisse spectaculaire des marges lorsqu'ils deviendront disponibles sur les modèles d'entrée de gamme. " Plus particulièrement, les groupes à risque seront ceux qui n'auront pas développé des expertises fortes sur les systèmes de sécurité, sur l'électrification des véhicules ou sur l'automation, indique encore l'expert de BlackRock. A l'inverse, les producteurs de semi-conducteurs devraient figurer parmi les plus grands bénéficiaires de ces nouvelles tendances. " " Pour les investisseurs, il faudra surtout se montrer très sélectif, estime Ewen Cameron Watt. L'impact déflationniste des nouvelles technologies va toucher de plein fouet l'industrie automobile, et la redistribution des profits va créer autant de perdants que de gagnants, avec des écarts de performance qui seront importants. Dans un premier temps, nous pensons qu'il faudra rester à l'écart des acteurs qui ont un problème au niveau de leur endettement. " Car développer de nouvelles évolutions technologiques coûte d'autant plus cher que les marges dans l'industrie automobile sont faibles, et qu'investir massivement dans les voitures électriques pourrait leur coûter cher si le succès commercial n'est pas au rendez-vous. " Les producteurs de véhicules de luxe sont mieux positionnés, car ils ont davantage la possibilité d'augmenter leurs prix. " Ewen Cameron Watt souligne que la remise en cause des véhicules diesel pourrait accélérer la transition des constructeurs européens vers les véhicules électriques, afin de proposer une gamme de véhicules qui réponde aux critères réglementaires qui seront en application durant les prochaines années. " Le futur de l'industrie pourrait ressembler au secteur des smartphones d'aujourd'hui, avec des assembleurs de véhicules qui peinent à dégager un profit, au contraire des fournisseurs qui développent les parties essentielles, notamment les semi-conducteurs, les logiciels et, dans une moindre mesure, les senseurs, conclut le senior director de BlackRock. Le reste du véhicule, y compris les batteries électriques, devrait voir ses marges fondre. " FRÉDÉRIC DINEURLa Chine pourrait figurer parmi les " early adopters " les plus enthousiastes, le régime de Pékin comptant beaucoup sur les véhicules électriques pour diminuer la pollution des centres urbains.