Au plus fort de la pandémie, l'Etat belge avait commandé 3,65 millions de tests sérologiques rapides (via une simple piqûre au bout du doigt) à la société liégeoise Zentech pour un montant total de 23 millions d'euros. Ce contrat, ...

Au plus fort de la pandémie, l'Etat belge avait commandé 3,65 millions de tests sérologiques rapides (via une simple piqûre au bout du doigt) à la société liégeoise Zentech pour un montant total de 23 millions d'euros. Ce contrat, l'Etat ne l'a jamais honoré puisqu'il s'est rendu compte qu'il n'aurait finalement pas besoin de ces tests. Oui mais voilà, une partie non négligeable d'entre eux avaient déjà été assemblés. Les renégociations avec l'Etat n'avançant pas, Zentech s'est tournée vers le tribunal des référés de Liège qui lui a donné raison le 9 septembre, la Belgique devant exécuter le contrat et donner les lieux de livraison des tests dans les cinq jours sous peine d'une astreinte de 10.000 euros par jour. La société liégeoise s'est servie de ce jugement qu'elle n'a pas notifié pour renégocier avec l'Etat belge. Un accord, sous réserve de l'avis de l'Inspection des finances, a été trouvé : le contrat est annulé mais la Belgique va rembourser les frais engagés par Zentech et payer une indemnité de rupture. On parle d'un deal à 6,5 millions d'euros. Quant aux tests déjà réalisés, Zentech peut les vendre ailleurs mais pas en Belgique.