Jeudi dernier, une annonce de Fedex a mis le feu aux Bourses américaines et à leurs index. Dans ses résultats, le n°2 mondial du fret postal derrière UPS a indiqué que ses revenus du dernier trimestre avai...

Jeudi dernier, une annonce de Fedex a mis le feu aux Bourses américaines et à leurs index. Dans ses résultats, le n°2 mondial du fret postal derrière UPS a indiqué que ses revenus du dernier trimestre avaient raté leurs objectifs mais surtout que son bénéfice avait chuté de plus de 21% sur un an. Fedex parle d'un ralentissement sérieux de son activité et d'une chute brutale dans la livraison de colis. L'entreprise annonce vouloir fermer 90 bureaux et 5 unités administratives et parquer une série d'avions sur les tarmacs en attendant que l'activité reprenne. Cette annonce a fait chuter le titre de près de 21% à Wall Street le lendemain, soit une perte de valorisation de 12 milliards de dollars. Cette annonce, confirmée par d'autres géants américains comme Verizon ou GE, a fait chuter les trois indices américains boursiers majeurs et a même atteint les cours de grands noms européens comme DHL, Royal Mail ou bpost. Voilà un premier avertissement, avec frais, que la récession économique n'est sans doute pas si loin.