C'est le branle-bas de combat chez les concessionnaires européens de Stellantis, le groupe né de la fusion entre PSA et FCA. Ce dernier a décidé de résilier ces jours-ci l'ensemble des contrats commerciaux conclus avec ...

C'est le branle-bas de combat chez les concessionnaires européens de Stellantis, le groupe né de la fusion entre PSA et FCA. Ce dernier a décidé de résilier ces jours-ci l'ensemble des contrats commerciaux conclus avec les revendeurs européens des 14 marques (Fiat, Jeep, Opel, Alfa Romeo, Citroën, Peugeot, etc.). Trois raisons expliquent ce geste. D'une part, un changement de la réglementation européenne en juin 2023. Celui-ci va faire tomber, pour les constructeurs automobiles, l'exemption d'interdiction d'accords verticaux entre un fournisseur et un revendeur. Il va donc falloir renégocier. D'autre part, pour rationaliser un réseau de ventes alourdi par la fusion, Stellantis veut s'orienter vers des partenaires multimarques qui deviendraient des Stellantis Houses. Enfin, l'électrification du parc automobile et l'augmentation des ventes en ligne vont aussi modifier les besoins des concessionnaires. En Belgique, si le réseau filialisé de PSA n'est pas concerné (Drogenbos, Meiser, etc.), on estime que la mesure va impacter une trentaine de revendeurs FCA et une cinquantaine de PSA.