Spadel domine la station thermale de Spa dans la province de Liège. La moitié des 466 travailleurs (100 renforts intérimaires en été) est originaire de la ville. Le producteur d'eau détient le monopole de l'exploitation des sources et paie une taxe au litre. Il alimente ainsi les caisses de l'administration communale de 5 millions d'euros par an, près d'un quart de l'ensemble des recettes. En contrepartie, Spadel bénéficie de quelques avantages : sur les 13.177 hectares de terrain protégé, toute activité industrielle et agricole est strictement interdite. En hiver, l'épandage est prohibé.

De l'avis de Marc du Bois, la ville n'est pas assez mise en valeur. " Spa ne mise pas assez sur ses atouts : la station thermale, les restaurants, les hôtels et les nombreuses autres possibilités d'hébergement. Mais aussi le superbe terrain de golf, la piscine et le casino. Sans parler des innombrables balades possibles dans le coin. Sur papier, on peut faire de Spa quelque chose de splendide. Il y a plusieurs années, j'ai dit au bourgmestre Joseph Houssa que Spa devrait être le Knokke des Ardennes. Mais Houssa a aujourd'hui 87 ans. Il aime rappeler qu'il est le plus vieux bourgmestre du pays, celui qui a siégé le plus longtemps. Difficile de négocier avec quelqu'un qui passe son temps à regarder dans le rétroviseur plutôt que d'avancer. "