Toujours dans des conditions flottantes - notamment quant à la limitation du nombre de spectateurs -, janvier présente quelques créations dignes d'intérêt. The Kingdom, du 20 au 22 janvier au Théâtre de Namur, raconte "une saga famili...

Toujours dans des conditions flottantes - notamment quant à la limitation du nombre de spectateurs -, janvier présente quelques créations dignes d'intérêt. The Kingdom, du 20 au 22 janvier au Théâtre de Namur, raconte "une saga familiale aux confins de la taïga et d'une utopie". Cette production internationale signée Anne-Cécile Vandalem et déjà jouée au Théâtre National cet automne emmène deux familles aux confins de la nature et des limites de la socialisation. Le tout dans un environnement visuel aussi soigné que poétique. Proposition plus loufoque, Juste encore assez de lumière pour les plantes d'intérieur, au Varia du 18 janvier au 5 février. Quatre acteurs "étant entourés d'abrutis sans être eux-mêmes particulièrement brillants": sur le ton d'une comédie humoristique, se pose une réflexion de fond. Celle d'une société occidentale où le Q.I. moyen de la population baisse de 2 points par décennie depuis 1975. Troisième choix du mois, la version contemporaine du Tartuffe de Molière. Quatre cents ans après sa naissance, le plus fameux des hommes de théâtre français a inspiré la mise en scène d'Yves Beaunesne, au Théâtre de Liège du 13 au 19 janvier.