L'ordre du jour de la prochaine assemblée générale de la Banque nationale du 18 mai prévoit la nomination de six femmes pour siéger au sein de son nouveau conseil de régence, organe comparable au conseil d'administration d'une entreprise classique. Il s'agit de Claire Till...

L'ordre du jour de la prochaine assemblée générale de la Banque nationale du 18 mai prévoit la nomination de six femmes pour siéger au sein de son nouveau conseil de régence, organe comparable au conseil d'administration d'une entreprise classique. Il s'agit de Claire Tillekaerts (directrice générale de l'agence flamande à l'exportation FIT), de Mia De Schamphelaere (auditeur à la Cour des comptes), de Géraldine Van der Stichele (directrice à la Stib), de Véronique Thirion (auditeur général auprès de l'Autorité belge de la concurrence), d'Estelle Cantillon (professeure à l'ULB) et de Marjan Maesen (professeure à la KU Leuven). Suite à une réforme initiée l'an dernier par le ministre des Finances Alexander De Croo, il faut savoir en effet que ce conseil qui compte pour le moment 14 régents (dont une seule femme en la personne de Fabienne Bister) passera à 20 membres et devra dorénavant être composé d'un tiers de femmes. D'où la nomination de six nouvelles régentes pour atteindre ce quota de 30 %. Notons que, parmi les nouvelles régentes, deux d'entre elles (Claire Tillekaerts et Mia De Schamphelaere) seront promues à partir du collège des censeurs de la BNB amené à disparaître. Avec comme autre nouveauté également que ce conseil de régence new-look ne sera plus présidé par la gouverneur de la BNB lui-même, mais par une des six nouvelles régentes.