C'était la belle histoire du début de l'année 2019. Sébastien Deletaille, fondateur de la scale-up à succès Real Impact Analytics devenue Riaktr, prenait la tête d'une coopérative de médecins venue le chercher. Sa mission était de sauver un logiciel belge de gestion de dossier médical (Epicure) menacé d'être désactivé après son rachat par un concurrent belgo-néerlandais Corilus. Alors même que le logiciel était employé par un millier de médecins.
...

C'était la belle histoire du début de l'année 2019. Sébastien Deletaille, fondateur de la scale-up à succès Real Impact Analytics devenue Riaktr, prenait la tête d'une coopérative de médecins venue le chercher. Sa mission était de sauver un logiciel belge de gestion de dossier médical (Epicure) menacé d'être désactivé après son rachat par un concurrent belgo-néerlandais Corilus. Alors même que le logiciel était employé par un millier de médecins. Aujourd'hui, après avoir éteint l'incendie, réussi la migration et lui avoir permis d'être officiellement enregistré par l'administration belge, il nous revient que le jeune CEO quitte Medispring et se lance dans de nouveaux défis, accompagné de deux autres membres de la direction de Medispring, Antoine Pairet (le CTO) et François-Xavier Orban de Xivry (le product owner). Un départ pour le moins inattendu alors que les défis restent d'actualité pour Medispring et que, sur papier, le modèle d'une coopérative dans l'univers du numérique semble offrir de nombreux avantages. " Avoir 1.000 médecins, soit 10 % du marché est le rêve pour un entrepreneur ", nous glissait Sébastien Deletaille au moment d'entrer en fonction. Seulement, il semble que des divergences soient apparues entre la vision du CEO et celle de son conseil d'administration, composé essentiellement de médecins. " Pour que l'outil soit performant, il faut certes atteindre une certaine base d'utilisateurs et enregistrer une certaine croissance, nous glisse Tanguy de Thier, vice- président de Medispring. On a envie de cette croissance mais peut-être pas de la manière dont Sébastien la conçoit. Nous voulons garder l'esprit d'une coopérative qui ne cherche pas à faire du profit. Nous cherchons à avoir un outil performant qui nous appartienne. " Et de fait, aujourd'hui, les actionnaires sont les quelque 1.000 médecins coopérateurs et le conseil est composé d'une douzaine de personnes, uniquement des médecins. Une configuration à mille lieues d'une start-up du numérique telle qu'on la conçoit actuellement. Or, au travers de son parcours, Sébastien Deletaille a développé l'expertise d'une start-up en forte croissance : la jeune pousse (Riaktr, active dans l'univers des opérateurs telecoms) dont il avait été CEO avait rapidement dépassé les 100 personnes réparties dans plusieurs pays et était devenue l'une des scale-up bruxelloises les plus en vue à une époque. Elle avait levé des millions d'euros auprès d'investisseurs belges et néerlandais et, après un important pivot du service vers le produit, faisait le pari d'une croissance très rapide. " Les médecins ont opté pour une manière de procéder différente de celle que je défends en tant que CEO, se contente de nous confier Sébastien Deletaille. Il s'agit d'un changement de volonté des actionnaires. Je n'étais simplement plus la bonne personne pour ce qu'ils voulaient faire. " Sébastien Deletaille n'a pas décidé de prendre des congés pour autant et serait en train de se relancer dans un nouveau projet, toujours dans l'univers de la santé. Mais il n'en dit encore rien.