Lorsqu'il débarque sur scène en 2006, ce Montois né en 1977 se fait d'emblée remarquer. Par son quasi-double mètre et une bonne bouille rassurante sortie d'un livre de contes. Et davantage encore par sa prose et ses morceaux rêveurs. Séduisant un public réactif à l'univers équilibriste de Baptiste Lalieu (son vrai nom) et de ses agréables ritournelles. Du genre à bien s'in...

Lorsqu'il débarque sur scène en 2006, ce Montois né en 1977 se fait d'emblée remarquer. Par son quasi-double mètre et une bonne bouille rassurante sortie d'un livre de contes. Et davantage encore par sa prose et ses morceaux rêveurs. Séduisant un public réactif à l'univers équilibriste de Baptiste Lalieu (son vrai nom) et de ses agréables ritournelles. Du genre à bien s'insérer dans l'époque, notamment via des empreintes organiques qui prennent aussi en compte le biotope socio-environnemental contemporain. D'où l'image d'artiste empathique, généreux et partageur. En 2006, Saule connaît un premier accélérateur de carrière avec Dusty Men, titre partagé avec Charlie Winston, qui tourmente les radios, y compris françaises. " Cela m'a permis d'acheter une maison ", explique le chanteur, parfaitement conscient de l'importance commerciale mais aussi médiatique de pondre un tube. Quinze ans plus tard, Saule défend maintenant Dare-Dare, album paru avant l'été 2021 et qui, de toute évidence, trouve aujourd'hui en Belgiqueune audience généreuse. Témoins, ces deux dates au Théâtre 140 fin octobre(dont une est déjà presque complète) et une paire d'autres concerts en Wallonie d'ici décembre. L'explication de la réussite réside dans la fabrication intime d'un nouveau répertoire, tendance douce-amère. Même si Saule a carrément mis à la poubelle une première version de Dare- Dare, ayant l'impression d'être alors bien trop en zone de confort, en conduite automatique qui ne l'étonnerait plus. En résulte donc un disque qui exprime aussi une nouvelle histoire d'amour vécue par le désormais quadra, habitant donc un coin tranquille pas loin de Virton. Cela lui a donc (re)donné une sacrée niaque. Entre l'âme ( soul en anglais) et l'épanouissement de mélodies qui touchent les auditeurs... qui sont déjà nombreux à postuler à ce périple d'automne.