Renflouer, vendre ou stopper. Voilà les trois scénarios qui s'imposent désormais aux actionnaires de la chaîne d'info LN24. Avec 7 millions de dettes cumulées en deux ans d'existence à peine, le jeune média est en fâcheuse posture, malgré une notoriété croissante et des audiences...

Renflouer, vendre ou stopper. Voilà les trois scénarios qui s'imposent désormais aux actionnaires de la chaîne d'info LN24. Avec 7 millions de dettes cumulées en deux ans d'existence à peine, le jeune média est en fâcheuse posture, malgré une notoriété croissante et des audiences respectables. Son business model axé sur la publicité ne s'est pas révélé performant - les annonceurs ont été prudents avec la crise - et les principaux actionnaires, Besix et Belfius Insurance, ne souhaitent plus remettre au pot. Selon les informations révélées par Trends-Tendances, LN24 est donc mis à l'étalage et le bureau gantois VDP, spécialisé dans les fusions-acquisitions, est aujourd'hui chargé de la vente totale ou partielle de la société. Belfius précise en effet qu'il n'envisage pas, pour l'instant, de sortir du capital de la chaîne, mais Besix a bien décidé de tourner la page. Bien sûr, le scénario d'une recapitalisation est toujours sur la table et on pourrait voir l'entrepreneur Philippe Lhomme, président du conseil d'administration, y aller de sa poche. Mais si personne ne se manifeste pour injecter de l'argent frais, il est fort probable que la chaîne d'info soit intégralement cédée à un tiers. L'éditeur IPM ( La Libre, La DH, etc.) serait alors un sérieux candidat au rachat, mais encore faut-il s'entendre sur la réelle valeur de LN24. Faute d'accord, l'avenir s'assombrirait davantage...