S'il y a bien un acteur qui a durablement changé le paysage du cirque européen et même international depuis les années 1980, c'est bien le Cirque Plume. Son onzième spectacle, La Dernière Saison, porte bien son titre puisqu'il s'agit de l'ultime création de la troupe française avant le tomber de rideau définitif prévu fin 2020. Même si cette compagnie riche d'une quarantaine de circassiens s'est toujours nourrie de talents jeunes et nouveaux, il est probable que les aînés, actifs chez Plume depuis les débuts en 1984, pensent à reposer leur corps, fatigués de centaines de représentations au fil des décennies. Pourtant, si le show inclut des moments de délires - acrobaties et contorsions -, des chansons ludiques et des chorégraphies à pleins poumons, Plume a d'abord construit sa large réputation en s'opposant au Barnum. C'est-à-dire un cirque prenant également en compte les subtilités multiples, que ce soit celles de l'humain ou de la galaxie, et des saisons égrenées par la pluie, la neige, les feuilles ou les parfums. Une esthétique funambule qui consiste à travailler le mouvement poétique tout en ne refusant pas le spectaculaire, loin de tout raccourci ou vulgarité, caractéristique des rêveries qui font du bien.

Du 9 au 19 mai à l'Aula Magna de Louvain-la-Neuve, www.atjv.be