Jusqu'en juin 2019, la gare dessinée pour Liège par Calatrava propose une immersion dans une décennie entre autres marquée par les changements politiques, les films blockbusters et l'avènement des clips à la télévision. Pas seulement sur MTV, vite transformée en robinet à tubes internationaux mais aussi dans la bien-nommée Génération 80, émission qui, à la RTBF, incarne alors la prospection culturelle. On y découvre des groupes comme Madness, Simple Minds ou les Sparks, accueillis sur le plateau par la future journaliste Fabienne Vande Meerssche.

© PG

L'expo liégeoise restitue les parfums de cette époque en privilégiant les repères planétaires Madonna et Michael Jackson : si celui-ci est déjà une star depuis la toute fin des années 1960, la première surgit, début eighties, avec un clinquant et une ambition vorace, typiques de la décennie.

C'est le temps où l'argent de Wall Street - avant le krach de 1987 - fait rêver un monde qui va bientôt assister à la destruction du mur de Berlin tandis que le néo- libéralisme acharné de Madame Thatcher et Monsieur Reagan se voit conforté. La réussite s'accompagne désormais de signes extérieurs de succès obligatoires, que ce soit dans les péripéties feuilletonesques d'une famille texane ( Dallas) ou les clips mégalos filmés par Mylène Farmer, couverte de disques d'or. Un or après lequel court aussi l' Indiana Jones de Spielberg, oeuvre emblématique du cinéma épique américain triomphant, alors que les comédies françaises font rire avec Coluche, Les Bronzés et ce Père Noël qui reste une ordure, 36 ans après sa sortie en salle. Malgré le barnum et les tentations kitsch - l'expo ne reculant devant aucune couleur flashy - cette décennie n'était pas que l'équivalent d'une soirée au Studio 54, la discothèque mythique de New York : des failles s'y sont ouvertes. On songe moins à l'humour lourdingue de La classe qu'à la catastrophe de Tchernobyl, à l'apparition du sida ou, ici-même, aux attentats des CCC et autres conspirations extrêmes, d'ailleurs jamais totalement clarifiées.

© PG

Jusqu'au 2 juin à la gare TGV des Guillemins, à Liège. www.europaexpo.be