La campagne électorale fait rage et tous les coups semblent permis. La N-VA recycle une proposition libérale qu'elle avait elle-même en son temps récusée : ouvrir les commerces plus longtemps dans la journée. L'Open Vld, de son côté, remet sur le tapis une TVA réduite pour la construction déjà plusieurs fois proposée en vain par le CD&V. Et ce dernier s'invite assez cavalièrement dans les écoles : le parti partage la préoccupation des élèves pour le climat mais, par la plume du parlementaire Robrecht Bothuyne, leur demande de remplir leurs obligations scolaires et d'assister aux cours. Il poursuit : " Nous souhaitons toutefois passer au cours des journées ou semaines à venir dans les écoles pour y débattre avec les élèves du climat et de la politique à mener en la matière ". Dans la foulée, l'élu gantois demande aux directions d'école " une heure de cours " pour permettre à un parlementaire de s'entretenir avec les élèves des cinquièmes et sixièmes années. C'est plus qu'il n'en faut pour entendre hurler à la récupération politique. " Un non-sens total ", se défend le président du CD&V, Wouter Beke. " Nous voulons simplement prendre nos responsabilités ", explique-t-il avant d'attaquer frontalement la N-VA qui souhaite prolonger l'activité de quelques-unes de nos centrales nucléaires après avoir pourtant approuvé au Parlement leur disparition progressive.