" Toutes les participations de l'Etat fédéral vont être passées à la loupe dans les prochains mois au sein d'un groupe de travail. Quand je dis toutes, c'est toutes. Il n'y a pas de raison que l'on examine une privatisation de Belfius et que l'on ne regarde pas d'autres entreprises. Nous allons donc, par exemple, examiner la situation de Proximus mais aussi de la SNCB. " Dans un entretien donné à L'Echo à la fin des vacances d'été, le ministre des Finances Johan Van Overtveldt avait donc été clair. Tout doit partir.
...