L'opérateur télécoms Proximus commence à déployer son réseau mobile de nouvelle génération. Une trentaine de communes du pays sont couvertes, au moins partiellement. Tournai, Mons, Namur, Bruges, Knokke, Hasselt, Bastogne, Louvain-la-Neuve, par exemple, font partie des premiers bénéficiaires d'un embryon de réseau 5G. Bruxelles, toujours soumise à des normes d'émissions ultra-strictes, devra encore attendre.
...

L'opérateur télécoms Proximus commence à déployer son réseau mobile de nouvelle génération. Une trentaine de communes du pays sont couvertes, au moins partiellement. Tournai, Mons, Namur, Bruges, Knokke, Hasselt, Bastogne, Louvain-la-Neuve, par exemple, font partie des premiers bénéficiaires d'un embryon de réseau 5G. Bruxelles, toujours soumise à des normes d'émissions ultra-strictes, devra encore attendre. " C'est le premier pas d'un grand voyage qui nous mènera à une couverture complète du pays ", explique Guillaume Boutin, CEO de Proximus. Cette ébauche de réseau 5G utilise le spectre existant de Proximus, qui ré-alloue certaines fréquences prévues à l'origine pour la 3G vers la nouvelle technologie d'Internet mobile ultra-rapide. Pour un déploiement complet, l'opérateur compte sur les licences provisoires qui seront bientôt mises à disposition par l'IBPT (le gendarme du secteur télécoms) et, surtout, sur les licences définitives qui seront accordées à l'issue des futures enchères - un processus toujours au point mort. Pour profiter pleinement de ce nouveau réseau, il faudra attendre la fin du confinement. Mais Proximus lance déjà une nouvelle offre mobile illimitée incluant la 5G (à 49,99 euros par mois). Via un partenariat avec le fabricant chinois Oppo, l'opérateur propose également à la vente un des premiers smartphones compatibles 5G. D'autres modèles venant d'autres fabricants arriveront sur le marché dans les prochains mois. Le coup d'accélérateur mis par Proximus sur la 5G fait partie d'une stratégie d'investissements portée par le nouveau CEO Guillaume Boutin. Les circonstances actuelles ne la remettent pas en cause, au contraire, assure le patron : " Nous maintenons le cap, affirme-t-il. Alors que les contacts sont aujourd'hui quasiment prohibés, jamais Proximus n'aura été aussi essentiel à l'économie du pays et aux citoyens qui ont besoin de rester connectés. "