Depuis quelques mois, les grands groupes pharmaceutiques mondiaux changent de stratégie. Ils se séparent de leurs divisions grand public ou bas de gamme pour se concentrer sur la pharmacie de pointe. Merck cherchait depuis 2016 à se séparer de son pôle santé grand public (900 produits dont les fameuses gouttes Nasivin ou les vitamines Neurobion) pour renforcer d'autres divisions et financer la recherche dans les médicaments sur ordonnance. C'est désormais chose faite pour 3,4 milliards d'euros. L'heureux acheteur s'appelle Procter& Gamble. Cette grosse acquisition intervient alors que P&G est confronté à un ralentissement préoccupant de sa croissance, notamment avec Gillette. Pfizer devrait être la prochaine à se séparer de sa division grand public.