Les clochers d'église sont dangereux: les défenseurs des rapaces y multiplient les nichoirs. Résultat, les pigeons des alentours, parmi lesquels des volatiles de prix, en font les frais, déplore Wim Nuël, mandataire pour la Flan...

Les clochers d'église sont dangereux: les défenseurs des rapaces y multiplient les nichoirs. Résultat, les pigeons des alentours, parmi lesquels des volatiles de prix, en font les frais, déplore Wim Nuël, mandataire pour la Flandre-Orientale de la Fédération colombophile belge (RFCB). L'inquiétude est d'autant plus grande que les entraînements pour les concours viennent de reprendre. Quelques éleveurs espèrent pouvoir tromper les prédateurs en peignant leurs pigeons en rouge, en bleu, voire en fluo. Ces couleurs violentes, pensent-ils, déconcerteront le prédateur ne serait-ce que quelques secondes, qui laisseront à la victime le temps de fuir. Eleveur lui-même, Wim Nuël ne croit guère à l'efficacité de ce leurre et préférerait une gestion contrôlée des rapaces pour mettre fin à l'actuel "bain de sang". Les défenseurs de ces derniers toutefois, tempèrent. Les pigeons, admettent-ils, constituent indéniablement pour eux un mets de choix mais même les rapaces préfèrent la facilité. Ceux-ci jettent donc de préférence leur dévolu sur les pigeons de ville plus dodus et moins mobiles et contribuent de la sorte à la propreté urbaine.