C'est clairement une victoire pour la France dans le bras de fer qui l'oppose aux Pays-Bas dans la gestion du groupe Air France-KLM. Mais aussi pour Ben Smith, le directeur général canadien du groupe. Pieter Elbers, surno...

C'est clairement une victoire pour la France dans le bras de fer qui l'oppose aux Pays-Bas dans la gestion du groupe Air France-KLM. Mais aussi pour Ben Smith, le directeur général canadien du groupe. Pieter Elbers, surnommé le Street Fighter, va quitter KLM et son poste de directeur général. Depuis le départ, il était en opposition avec Ben Smith et défendait avec acharnement l'indépendance de KLM dans le groupe même si c'était aux dépens de la réalisation de synergies bienvenues vu le contexte économique du secteur. Il s'était ainsi toujours opposé à une commande d'appareils groupée. Une telle commande a finalement été passée mi-décembre (voir ci-contre). Il faut dire que depuis le covid, la situation a fortement changé au sein du groupe. La France a plus aidé le groupe que les Pays-Bas en participant, seule, à l'augmentation de capital d'un milliard d'euros et en transformant en fonds propres (ou quasi) son prêt d'Etat de 3 milliards à Air France. L'influence néerlandaise déclinant (les Pays-Bas n'ont plus que 9,3% du capital pour 28,6% à la France), le départ d'Elbers devenait logique.