Mort en septembre à l'âge de 87 ans, Pierre Bergé aura donc raté les cadeaux ultimes destinés à l'homme de sa vie, Yves Saint Laurent (1936-2008) : deux musées, pas moins, en l'honneur de celui qui, tout en honorant la haute couture, su aussi la défier, la provoquer et la moderniser. Une petite décennie après la mort d'Yves Mathieu-Saint-Laurent, selon l'éta...

Mort en septembre à l'âge de 87 ans, Pierre Bergé aura donc raté les cadeaux ultimes destinés à l'homme de sa vie, Yves Saint Laurent (1936-2008) : deux musées, pas moins, en l'honneur de celui qui, tout en honorant la haute couture, su aussi la défier, la provoquer et la moderniser. Une petite décennie après la mort d'Yves Mathieu-Saint-Laurent, selon l'état civil qui le voit naître en Algérie encore française, son parcours, aussi magnétique que chaotique, a été l'objet de deux films de fiction et d'un documentaire plutôt intimiste mettant en scène ses amours avec Pierre Bergé. D'où le sentiment d'une présence persistance muée en signature classique, donc indémodable, au-delà de la couture. A Paris, au n°5 de l'avenue Marceau, les anciens ateliers de la maison Saint Laurent accueillent depuis début octobre, le premier des deux musées qui appréhende l'oeuvre globale du couturier : prototypes de pièces, vêtements achevés, le lieu présente une collection permanente et des expos temporaires. Celle du Parcours inaugural est programmée jusqu'en septembre 2018. Le temps, d'ici là, de compléter le voyage sur Saint Laurent en se rendant dans l'autre musée ouvert à Marrakech, ville solaire découverte par Yves et Pierre dès 1966. Ce coup de foudre marquera aussi le style Saint Laurent et sa façon de donner aux vêtements une lumière et des couleurs supplémentaires, des parfums fruités ensuite disciplinés. A côté du Jardin Marjorelle que Bergé et Saint Laurent ont contribué à sauver, se trouve un bâtiment neuf de 4000 m2 réalisé par les architectes français du Studio KO : propice à la célébration du travail de l'artiste, le lieu évoque aussi les cultures berbères et marocaines qu'il a tant aimées. Infos sur museeyslparis.com/musee et www.museeyslmarrakech.com/fr Par Philippe Cornet