La qualité inférieure en difficulté

Les " high yield bonds ", les obligations à haut rendement émises en dollar américain par des entreprises moins bien notées en matière de solvabilité, subissent une petite correction. La raison ? Une augmentation de l'aversion au risque chez les investisseurs en obligatio...

Les " high yield bonds ", les obligations à haut rendement émises en dollar américain par des entreprises moins bien notées en matière de solvabilité, subissent une petite correction. La raison ? Une augmentation de l'aversion au risque chez les investisseurs en obligations. Rappelez-vous les récentes faillites d'Air Berlin et d'Alitalia. De tels incidents pèsent sur le marché obligataire. Les plus audacieux peuvent cependant y voir des opportunités. Il y a ainsi la récente obligation émise par la très vantée Tesla Motors. Il y a quelques semaines, le constructeur automobile a récolté près de 2 milliards de dollars sur une obligation à huit ans qui porte un coupon de 5,30 %. Dès son lancement, c'était l'une des obligations les plus négociées sur le marché secondaire. Mais son cours est aujourd'hui retombé à 98 % de la valeur nominale. Le caractère spéculatif de cette obligation, notée B- chez Standard & Poor's, fait du tort à Tesla. Les plus hardis obtiendront actuellement un rendement de 5,54 %. D'autres " high yield bonds " s'échangent sous leur cours d'émission. Citons l'obligation de ClubCorp, un expert en clubs de golf et country clubs, qui affiche une note B1 chez Moody's. Staples, un vendeur de matériel de bureau assorti de la même note, a également vu le cours de son obligation beaucoup baisser. Le rendement atteint ainsi plus de 6 %.