Le conflit entre un groupe d'actionnaires de Nyrstar, conseillés par les avocats Laurent Arnauts et Robert Wtterwulghe, et Trafigura, l'actionnaire qui, avec 24% du capital, contrôle le numéro deux mondial du zinc, s'envenime.
...

Le conflit entre un groupe d'actionnaires de Nyrstar, conseillés par les avocats Laurent Arnauts et Robert Wtterwulghe, et Trafigura, l'actionnaire qui, avec 24% du capital, contrôle le numéro deux mondial du zinc, s'envenime. Une centaine d'actionnaires se bat depuis plusieurs mois contre les diverses opérations qui ont permis à Trafigura de reprendre 98% des actifs de Nyrstar pour un euro symbolique, en échange d'une restructuration de dette. Il existerait aussi des suspicions de fraudes, sur base d'informations données par l'ancien responsable du service d'audit de Nyrstar. Après l'AG de Nyrstar le 5 novembre, les actionnaires devraient introduire une action au fond afin de faire annuler une série d'opérations qui ont permis de vider Nyrstar de son contenu. " Trafigura forme un groupe avec Nyrstar, explique Laurent Arnauts. Or, il y a eu un abus de contrôle dans le cadre de ce groupe et une méconnaissance excessive de l'intérêt social de Nyrstar, au point de mettre en cause sa continuité et d'ignorer que son objectif est d'exercer une activité profitable. " " La loi sur la liquidation des sociétés a été détournée, au détriment des actionnaires mais aussi des autres stakeholders ", ajoute l'avocat, qui note que les plans de Nyrstar consistent notamment à investir en Arabie saoudite dans un site qui ferait double emploi avec le site belge de Balen ( photo). Trafigura et Nyrstar répliquent que ces accusations sont sans fondement.