La cote d'alerte atteinte en avril dernier ne semble être qu'un épiphénomène. Le nombre d'appartements en cours de commercialisation dans le centre-ville namurois n'avait jamais été aussi bas depuis 2014 (155 unités). Le rebond est conséquent puisque, selon les derniers chiffres livrés pour Trends-Tendances par le bureau d'analyse immobilière de Crombrugghe & Partners, on dénombre désormais pratiquement le double d'unités mises en vente (291). Un yoyo qui s'explique par l'arrivée sur le marché du projet Novia (Thomas & Piron) situé sur le site de l'ancienne caserne Léopold. Il a ajouté à lui seul
...

La cote d'alerte atteinte en avril dernier ne semble être qu'un épiphénomène. Le nombre d'appartements en cours de commercialisation dans le centre-ville namurois n'avait jamais été aussi bas depuis 2014 (155 unités). Le rebond est conséquent puisque, selon les derniers chiffres livrés pour Trends-Tendances par le bureau d'analyse immobilière de Crombrugghe & Partners, on dénombre désormais pratiquement le double d'unités mises en vente (291). Un yoyo qui s'explique par l'arrivée sur le marché du projet Novia (Thomas & Piron) situé sur le site de l'ancienne caserne Léopold. Il a ajouté à lui seul135 appartements d'un seul coup, pour un prix moyen de 3.526 euros/m2. Cette nouvelle modification du stock permet au centre-ville namurois de s'adjuger à nouveau plus de 50% du stock d'appartements neufs mis en vente dans la province. Des standards plus en phase avec ses habitudes. Le prix moyen d'un appartement est désormais de 251.425 euros (superficie moyenne de 89 m2), en hausse de 7,5% par rapport à l'an dernier. Une augmentation qui s'explique principalement par le prix élevé des appartements du projet Novia. La hausse est de 12% sur trois ans. Une chose est certaine, Thomas & Piron arrose toujours autant la capitale namuroise avec des projets tels que le Plateau d'Erpent, le Domaine de Géronsart (avec Immo3D), les Jardins d'Enhaive et la Résidence Cubic. Sans parler de la réaffectation de la caserne du Génie à Jambes prévue d'ici quelques mois qui déposera encore 445 appartements sur le marché. Pour le reste, on peut également citer la Villa Legrand (ZestRed), les Jardins de Flawinne (Concept Confort), Les Coteaux de la Vecquée (Bajart) et les Jardins de la Sambre. Le prix moyen est de 3.080 euros/m2, soit une hausse de 12% par rapport à avril dernier (+ 14% en trois ans). Le stock reste stable dans la périphérie sud de Namur (Andenne, Sambreville, Profondville), avec 130 appartements mis en vente. Parmi les projets en cours, citons Les Terrasses du Moulin à Sambreville (Terrasses du Moulin SPRL) de même que le Quartier des Tilleuls (Koeckelberg), les Jardins de Namêche (Concept Confort) et le Clos des Ours (Matexi) à Andenne. Les prix sont stables par rapport à avril dernier mais ont augmenté de 9,5% par rapport à septembre 2020. A suivre donc. Le prix moyen d'un appartement est de 211.650 euros pour une superficie moyenne de 83 m2. Du côté de Gembloux et d'Eghezée, la hausse des prix s'est quelque peu calmée ces derniers mois alors qu'ils ont augmenté de 11% en un an (2.830 euros/m2). Peu d'explications, sinon l'arrivée de davantage de projets neufs sur le marché après des années de relatif ralentissement. Parmi les projets en cours, citons Urbana (Lixon), la Résidence du Parc (Atland), Altitude 154 (Espace Altitude) à Gembloux de même qu'Eghezée Soda (Soda Real Estate Consulting) à Eghezée. Enfin, le nombre d'appartements mis en vente dans les communes du sud de la province reste particulièrement pauvre. On n'y recense que 20 unités, dont la moitié via la résidence Odricham à Florennes. Du côté de Ciney et environs, le stock reste stable même si les prix sont en hausse de 9% sur un an. Parmi les nouveaux projets, citons simplement le projet Summum 110 de BH Consult qui propose 22 unités dans le centre de Ciney de même que la Résidence Roi Albert (Prologe), qui met en vente 16 appartements, également en centre-ville.