Habiter un hameau vallonné d'Auvergne n'a jamais empêché le sexagénaire Jean-Louis Murat (1952) d'explorer un double monde : celui de la langue française dont il recherche les accointances poétiques et historiques, mais aussi l...

Habiter un hameau vallonné d'Auvergne n'a jamais empêché le sexagénaire Jean-Louis Murat (1952) d'explorer un double monde : celui de la langue française dont il recherche les accointances poétiques et historiques, mais aussi la planète son, sans en négliger aucun genre. Quitte à s'égarer dans le curieux labyrinthe synthétique de son album de 2017, Travaux sur la N89. Mais le chanteur-compositeur stakhanoviste - cinq parutions musicales en autant d'années - reprend ses esprits dans le nouvel album Il Francese (Pias) . On y retrouve ses audaces sémantiques mais aussi des parfums atmosphériques parfois liés à des sensations groovy, comme si le vieux funk américain venait doucement caresser les désirs francophiles du prince montagnard Murat. Cela donne quelques fortes extériorisations ( Silvana) et d'autres moments envoûtants comme Je me souviens, où il cite ses propres souvenirs, romancés. Renouant avec le plaisir mélodique, celui qui présidait au morceau qui nous l'a révélé Si je devais manquer de toi. C'était il y a 30 ans et une vingtaine d'albums. En concert le 13 décembre au Botanique à Bruxelles, www.botanique.be