L'an dernier, Bayer a payé 55 milliards d'euros pour racheter Monsanto. Un rachat motivé par les activités de biotechnologie et les semences OGM. Seulement voilà, dans la ...

L'an dernier, Bayer a payé 55 milliards d'euros pour racheter Monsanto. Un rachat motivé par les activités de biotechnologie et les semences OGM. Seulement voilà, dans la corbeille de la mariée, il y avait aussi le glyphosate et le Roundup. La semaine dernière, pour la deuxième fois en moins d'un an, un tribunal américain a confirmé le risque cancérogène du glyphosate. Le Roundup a bien contribué, " de façon substantielle ", au cancer d'Edwin Hardeman, un jardinier à la retraite. Reste à savoir si la deuxième phase du procès rendra Bayer responsable et à quel degré financier. Cette deuxième défaite n'est que la pointe d'un iceberg constitué de 11.200 requêtes similaires, rien qu'aux Etats-Unis. Depuis le rachat de Monsanto, Bayer a perdu près de 40% de sa valeur. Les experts estiment le risque judiciaire de Monsanto à 20 milliards d'euros...