Après la justice américaine à deux reprises, c'est au tour de son homologue française de condamner Monsanto, désormais propriété de Bayer. Pas de Roundup cette fois-ci mais le Lasso, un ...

Après la justice américaine à deux reprises, c'est au tour de son homologue française de condamner Monsanto, désormais propriété de Bayer. Pas de Roundup cette fois-ci mais le Lasso, un puissant herbicide interdit en Belgique depuis 1992 mais seulement depuis 2007 en France. En 2004, Paul François, un céréalier charentais, a inhalé des vapeurs du produit en ouvrant la cuve après un épandage. Depuis, il souffre de troubles neurologiques qui l'obligent à de fréquents séjours à l'hôpital. Après un long périple judiciaire (avec un passage par la Cour de cassation), le dossier a fini par atterrir la semaine dernière à la cour d'appel de Lyon. Le tribunal a estimé que Monsanto " était responsable du dommage causé ". Notamment pour ne pas avoir, sur l'emballage du produit, apposé une mention sur la dangerosité spécifique des travaux dans les cuves et les réservoirs. La cour n'a pas encore statué sur les dommages et intérêts.