Le même jour, la Russie a enregistré deux importants départs d'entreprises étrangères. Comme c'était annoncé, Renault a finalisé la semaine dernière la vente à un organisme étatique russe des 68% qu'elle détenait dans AvtoVAZ, la maison mère de Lada. Plus surprenante fut la décision de McDonald's de complètement solder ses activités russes. Avec un...

Le même jour, la Russie a enregistré deux importants départs d'entreprises étrangères. Comme c'était annoncé, Renault a finalisé la semaine dernière la vente à un organisme étatique russe des 68% qu'elle détenait dans AvtoVAZ, la maison mère de Lada. Plus surprenante fut la décision de McDonald's de complètement solder ses activités russes. Avec un certain retard mais sous une forte pression, le groupe de restauration rapide avait annoncé, le 8 mars dernier, la fermeture temporaire de tous ses établissements et la suspension de l'ensemble de ses opérations russes. McDo va beaucoup plus loin aujourd'hui : il a entamé la procédure pour vendre l'ensemble de son portefeuille russe à une société locale. Ce n'est pas de la petite bière : McDo, en Russie, représente 847 restaurants et 62.000 employés. Soit 9 % de l'ensemble du chiffre d'affaires du groupe et 3 % de son bénéfice opérationnel. 84 % de ces points de vente sont exploités en propre, le reste est entre les mains de franchisés. C'est d'ailleurs l'un d'eux, Alexander Govor, qui est cité comme repreneur. Il gérait 25 restaurants de la chaîne en Sibérie. McDo indique que, lorsqu'ils rouvriront, ces restaurants ne pourront plus arborer son nom, son logo, ni proposer son menu. Cette retraite de Russie va coûter entre 1,2 et 1,4 milliard de dollars à McDo. Mais elle fait évidemment sens, tant au niveau des valeurs et du respect d'une certaine idée de la liberté qu'en termes économiques. En effet, la fermeture temporaire des activités continuait à coûter 55 millions de dollars par mois au groupe américain en raison des charges salariales et locatives et des coûts de la logistique. En Ukraine, McDo conserve sa centaine de restaurants qui sont, eux aussi, temporairement fermés.