Lulu, l'ami qui vous veut du bien

14/06/17 à 16:40 - Mise à jour à 16:39
Du Trends-Tendances du 15/06/17

En lançant à Paris son concept de conciergerie de proximité, Charles-Edouard Vincent, venu du monde de la high-tech, veut remettre de l'humain dans les villes et réintroduire les petits boulots qui faisaient la fierté des anciens.

Même dimension, même couleur vert bouteille : sur la charmante place Saint-Paul, près de la rue de Rivoli, à Paris, " Lulu dans ma rue " a des fausses allures de kiosque à journaux. La présence amie de chaises d'extérieur, de plantes vertes, de tables de jardin, d'un percolateur et de livres de seconde main que les habitants sont invités à s'échanger, dissipe rapidement le malentendu. Cette conciergerie de proximité a fait son apparition il y a deux ans dans la capitale française. Elle propose de mettre en relation les gens du quartier avec des personnes de confiance pour leur donner un coup de main, moyennant un coût fixé entre 5 et 20 euros la demi-heure, déductibles à 50 % des impôts. Derrière l'étroit comptoir, l'homme aux clés d'or, qui peut aussi être une femme, se tient à disposition du public. L'équipe est là pour expliquer, conseiller et orienter les demandes des riverains. Fixer une tringle à rideau, changer une ampoule, arroser les plantes, ouvrir des huîtres pour un dîner de huit personnes, rafraîchir d'un coup de peinture le salon ou changer une vanne de radiateur : les sollicitations sont aussi variées que le profil des prestataires. Dans le jargon maison, on les appelle les " Lulus ". Leurs tâches ponctuelles leur rapportent en moyenne entre 500 et 700 euros par mois.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires