Les consommateurs regardent souvent les géants du Net avec sympathie. Pourquoi ne serait-ce pas le cas ? Google répond immédiatement, sept jours sur sept, à toutes leurs requêtes. Amazon permet de faire du shopping en étant installé tranquillement chez soi, 24 h sur 24, avec la possibilité d'être livré dès le lendemain...
...

Les consommateurs regardent souvent les géants du Net avec sympathie. Pourquoi ne serait-ce pas le cas ? Google répond immédiatement, sept jours sur sept, à toutes leurs requêtes. Amazon permet de faire du shopping en étant installé tranquillement chez soi, 24 h sur 24, avec la possibilité d'être livré dès le lendemain... Mais ces sites ont leurs revers. Le Times a ainsi surveillé les prix sur Amazon pendant un an. Ce qu'il a découvert est assez étonnant. L'un des produits a changé 300 fois de prix sur l'année ! Un frigo - un achat conséquent dans un budget - a changé plusieurs fois de prix en un mois, et le prix d'un DVD, 24 fois en 30 jours ! En économie, les prix changent évidemment en fonction de la demande, de la saison ou de certains événements. Les vols en avion, par exemple, sont plus chers pendant les vacances. Si le produit est jugé trop cher, le consommateur peut décider de ne pas l'acheter. Le prix n'est au final que l'équilibre entre une offre et une demande. Tout cela est vrai, sauf qu'avec Amazon, les prix varient si souvent et si vite qu'il est impossible de comparer honnêtement. Amazon s'arrange pour plonger le consommateur dans le brouillard. Le pire, c'est qu'Amazon pourrait, demain, changer les prix d'un produit en fonction de ses données personnelles. Par exemple, si vous passez plusieurs heures à lire des articles sur Rihanna, vous êtes supposé être prêt à payer plus cher son dernier album... Pareille information est facile d'accès pour les géants du Net, vu qu'ils disposent de tout l'historique d'achats et de navigation. Chaque achat, chaque clic, se traduira un jour par un prix plus élevé ou plus bas selon vos données personnelles. Uber pense aussi à les utiliser à son profit. Demain, quelqu'un qui demandera un taxi Uber payera sans doute plus cher la course selon qu'il habite un beau quartier de la ville ou un quartier défavorisé. Un sens de la redistribution des richesses étrange venant de sociétés qui ne paient aucun impôt... Mais le vrai grand danger est ailleurs. Amazon, Google, Uber, Airbnb et les autres veulent tous avoir le monopole dans leurs secteurs. Ils démarrent aujourd'hui avec des prix très bas (voire la gratuité) mais le jour où il n'y aura plus de concurrence, faites-leur confiance, les prix augmenteront. Et vous n'aurez plus le choix. Amid Faljaoui