Considérés comme des commerces non essentiels par le SPF Economie, les agents immobiliers ont dû fermer boutique depuis le début du confinement. " Notre activité est très fortement réduite, si pas nulle, explique Charlotte De Thaye, directrice générale de Federia, la fédération des agents immobiliers francoph...

Considérés comme des commerces non essentiels par le SPF Economie, les agents immobiliers ont dû fermer boutique depuis le début du confinement. " Notre activité est très fortement réduite, si pas nulle, explique Charlotte De Thaye, directrice générale de Federia, la fédération des agents immobiliers francophones. Nous ne pouvons plus organiser de visites pour des estimations de biens, des états des lieux, etc. " Sur ce point, les courtiers réclamaient une clarification de la situation entre professionnels et particuliers afin d'éviter une concurrence déloyale. Ils ont été rassurés. Les particuliers, eux non plus, ne peuvent désormais plus vendre leur bien ni organiser des visites. L'information, nous apprend L'Echo, a été clarifiée dans la liste des questions-réponses du centre de crise. A noter, par ailleurs, qu'Immoweb a décidé d'accorder temporairement 50% de ristourne sur les forfaits mensuels des agences immobilières. Mais les courtiers ne sont pas entièrement rassurés pour autant. Federia s'étonne que la profession ne soit pas reprise dans les différents codes NACE (classification des entreprises) pouvant bénéficier des fonds extraordinaires de solidarité mis en place par les Régions wallonne et bruxelloise. " Nous pourrions prétendre jusqu'à 5.000 euros en Wallonie, et jusqu'à 4.000 euros à Bruxelles, affirme Charlotte De Thaye. Nous avons interpellé les gouvernements, mais ils n'ont pas encore pris position ( ce numéro a été bouclé le mardi 31 avril, Ndlr). Nos confrères flamands, eux, ont reçu une réponse positive. "