Namur serait-elle la plus imaginative des villes wallonnes ? En tout cas, les Abattoirs de Bomel, ancien lieu d'abattage reconverti en centre culturel depuis octobre 2014, est l'un des espaces créatifs les plus intéressants du sud du pays. Le festival des Beautés soniq...

Namur serait-elle la plus imaginative des villes wallonnes ? En tout cas, les Abattoirs de Bomel, ancien lieu d'abattage reconverti en centre culturel depuis octobre 2014, est l'un des espaces créatifs les plus intéressants du sud du pays. Le festival des Beautés soniques est le résultat d'une synergie entre les Abattoirs et d'autres salles namuroises comme le Belvédère, le Théâtre Royal ou le nouveau Delta. Les musiques proposées sont au-delà de l'éclectisme. Comme ce Flavien Berger, original contemporain de la chanson française touchant au minimalisme et à la drôlerie. Ou Laryssa Kim performeuse italo-congolaise de Bruxelles, aventurière électronique aux climats sensibles. Les Beautés n'échappent pas au hip-hop belge (Le 77) pas plus qu'à notre pop locale (Great Mountain Fire) ou au DJing (Junior Goodfellaz). Mais si cette partie du programme s'adresse sans doute à un public plutôt jeune, celui-ci s'élargit, notamment par les deux marchés proposés. Les instantanés créatifs où l'on pourra acheter le travail d'artistes en tous genres, notamment de plasticiens, mais aussi participer à des micro-ateliers. Et puis, la foire aux vinyles qui s'annonce d'ores et déjà très courue. Ces deux dernières activités, tenues aux Abattoirs de Bomel, sont libres d'accès.