Le yuan numérique pourrait bien entrer en circulation en 2021. Et, avec le temps, changer la façon dont les banques centrales conçoivent leur politique monétaire. La République populaire de Chine a déposé une centaine de demandes de brevet pour sa monnaie numérique et enchaîné une série d'essais mettant l'e-yuan en circulation dans quelques villes et sur plusieurs applications. Pour l'heure, ces expériences se passent bien et, bientôt, les gens auront la possibili...

Le yuan numérique pourrait bien entrer en circulation en 2021. Et, avec le temps, changer la façon dont les banques centrales conçoivent leur politique monétaire. La République populaire de Chine a déposé une centaine de demandes de brevet pour sa monnaie numérique et enchaîné une série d'essais mettant l'e-yuan en circulation dans quelques villes et sur plusieurs applications. Pour l'heure, ces expériences se passent bien et, bientôt, les gens auront la possibilité de télécharger un portefeuille numérique créé par le gouvernement. Contrairement aux versions commerciales comme WeChat Pay ou Alipay, la version chinoise officielle sera l'équivalent d'un compte à la banque centrale, avec de l'argent aussi solide que des pièces et des billets. Pour les millions de personnes qui utilisent déjà leur smartphone en guise de carte de paiement, ce sera ni plus ni moins qu'utiliser une nouvelle application. Cela étant, aux yeux de certains, cette monnaie numérique est un produit révolutionnaire qui pourrait réserver quelques soucis aux banques si les gens retiraient l'argent de leurs comptes d'épargne pour le mettre directement sur leur e-portefeuille ultrasécurisé. Qui plus est, si l'argent numérique devait un jour évincer l'argent liquide, les banques centrales en tireraient, en théorie, trois avantages: elles pourraient sans grande difficulté baisser leurs taux d'intérêt au-dessous de zéro ; verser de l'argent directement à ceux qui en ont le plus besoin ; savoir plus précisément qui possède de l'argent et comment il est dépensé. La banque centrale chinoise n'essaie pas de réinventer la politique monétaire - pas encore en tout cas. Ses motivations sont plus immédiates: elle veut éviter que les grandes plateformes numériques acquièrent trop de pouvoir avec le boom des paiements mobiles et que les consommateurs puissent choisir de payer leurs achats en e-yuans. Sa monnaie numérique donnera également à la Chine un moyen de réaliser des transactions internationales sans dépendre de Swift, ce système de paiement sous influence américaine. Mais le premier objectif de Pékin est encore plus basique: déterminer si la technologie qui sous-tend le yuan numérique fonctionne et si les gens ont vraiment envie de l'utiliser. L'argent existe depuis quelque trois milliers d'années. Ce petit bond en avant prendra du temps.