S'il faut en croire l'exemple britannique, le petit commerce est menacé tant par les géants du secteur que par nos habitudes de consommation et l'avènement de l'e-commerce ouvert à toute heure. Et en Wallonie, comment cela se passe ? Entre 2008 et 2017, le petit commerce a connu une légère perte de vitesse : -2,5 % selon le Syndicat neutre pour indépendants (SNI)...

S'il faut en croire l'exemple britannique, le petit commerce est menacé tant par les géants du secteur que par nos habitudes de consommation et l'avènement de l'e-commerce ouvert à toute heure. Et en Wallonie, comment cela se passe ? Entre 2008 et 2017, le petit commerce a connu une légère perte de vitesse : -2,5 % selon le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) qui s'est basé sur les chiffres du SPF Economie. Un résultat plutôt rassurant mais qui cache un constat fort : pour survivre, le petit commerce doit suivre les tendances, se spécialiser et proposer des produits uniques ou très qualitatifs qui lui permettent de se démarquer. Sans surprise, en 10 ans, le nombre de boucheries (-23%) ou de poissonneries (-13,8 %) a fortement baissé. A l'inverse, des commerces alimentaires très spécialisés explosent littéralement. C'est le cas des marchands de vins et spiritueux : leur nombre est passé de 27 en 2008 à 207 en 2017, soit une augmentation de 667 % ! Les chocolateries (+448 % avec 188 magasins) et les vendeurs de gibier et de volaille (+440 %) ont, eux aussi, la cote. Signalons encore que les débits de boisson poursuivent leur descente aux enfers avec une chute de 36,2%. Les (nouveaux) comportements ont aussi un impact sur le petit commerce. Les magasins de vélos fleurissent (+38,4 % depuis 2008) alors que les détaillants en carburant broient du noir (-16%). Autre grande tendance : le retour du tricot ! Ce type de magasin enregistre, avec le vin, la plus forte hausse en 10 ans : +466 % avec 68 magasins en Wallonie. Enfin, l'animal de compagnie reste une valeur sûre avec la création nette de 170 magasins. En conclusion, le SNI attire aussi l'attention sur la nécessaire digitalisation du petit commerce. Fin 2017, la Wallonie comptait 997 magasins en ligne, soit une progression de 400 % en 10 ans.