L'économie expérimentale teste des comportements des individus dans tel ou tel environnement et essaie d'en tirer un modèle. C'est cette discipline, relativement jeune puisqu'elle a commencé à prendre son essor il y a seulement trois ou quatre dizaines d'années (avant, on ...

L'économie expérimentale teste des comportements des individus dans tel ou tel environnement et essaie d'en tirer un modèle. C'est cette discipline, relativement jeune puisqu'elle a commencé à prendre son essor il y a seulement trois ou quatre dizaines d'années (avant, on considérait que l'économie ne pouvait pas faire l'objet d'expériences), qui a été récompensée par le prix Nobel d'économie cette année. Le trio qui a été distingué est constitué du Canadien David Card, de l'Américano-Israélien Joshua D. Angrist et de l'Américano-Néerlandais Guido Imbens. Le jury souligne que les trois expérimentateurs "nous ont apporté de nouvelles idées sur le marché du travail et montré quelles conclusions peuvent être tirées d'expériences naturelles". David Card, qui enseigne à l'université de Berkeley, a étudié l'impact du salaire minimum, de l'immigration et de l'éducation sur le marché du travail. Il en a conclu, par exemple, qu'une augmentation du salaire minimum n'augmentait pas automatiquement le taux de chômage. Joshua D. Angrist et Guido Imbens ont été récompensés "pour leurs contributions méthodologiques à l'analyse des relations de cause à effet", dit encore le jury. Ils ont notamment mis le doigt sur la relation causale entre les études et le salaire, observant qu'une année supplémentaire d'étude menait en moyenne à un salaire de 9% plus élevé.