Les livres de la maison d'édition québécoise La Peuplade sont une valeur sûre. Il y a quelques mois, nous vous parlions de Ténèbre de Paul Kawczak qui, depuis, a connu une belle vie littéraire. On pourrait en cite...

Les livres de la maison d'édition québécoise La Peuplade sont une valeur sûre. Il y a quelques mois, nous vous parlions de Ténèbre de Paul Kawczak qui, depuis, a connu une belle vie littéraire. On pourrait en citer d'autres... Nous ne pouvions donc laisser filer l'année sans un mot pour Le lièvre d'Amérique, un des grands (premiers) romans de la dernière rentrée. Il nous emmène à l'Isle-aux-Grues, un archipel proche de Québec dont est originaire l'auteure, Mireille Gagné. Les descriptions qu'elle fait des paysages sont d'une grande poésie et mêlent les parlers locaux avec justesse. Un régal. Et le lièvre dans tout ça? Il introduit le livre: Lepus americanus est un petit mammifère qui se distingue du lapin " par sa silhouette élancée et ses oreilles plus longues ". Un animal dont, lors d'une opération, un gène est " introduit " en Diane, l'héroïne, une travailleuse perfectionniste qui veut ce que cet animal fait naturellement: dormir très peu. Et Diane de se mettre à courir. Mais vers quoi?