Nouveau rebondissement dans le dossier Aspria. Le Conseil d'Etat a suspendu mi-janvier le permis d'urbanisme délivré par le fonctionnaire délégué régional relatif à l'aménagement d'un club privé de sports et de wellness sur le terrain de Solvay Sport, rue du Pérou à Boitsfort, pratiquemen...

Nouveau rebondissement dans le dossier Aspria. Le Conseil d'Etat a suspendu mi-janvier le permis d'urbanisme délivré par le fonctionnaire délégué régional relatif à l'aménagement d'un club privé de sports et de wellness sur le terrain de Solvay Sport, rue du Pérou à Boitsfort, pratiquement en face de l'hippodrome. La même instance se penchera dans les prochaines semaines sur un autre recours - en annulation - introduit par des riverains. Le résultat devrait être similaire. Si c'est le cas, le promoteur du projet, la société Aspria Roosevelt (filiale de Cofinimmo), devra recommencer toute la procédure de demande de permis et adapter le projet, de manière à répondre aux récriminations. Ce qui le retarderait de quelques années encore. Pour rappel, cette chaîne de clubs de sport haut de gamme a racheté ce terrain au groupe Solvay en 2010. Elle souhaite transformer les lieux en y aménageant un centre de fitness, un spa, des salles de congrès et un hôtel de 24 chambres. C'est ce dernier volet qui pose problème, l'affectation du sol (zone verte) ne permettant ce type d'aménagement. Un comité de sauvegarde du site a été constitué pour préserver les lieux. Les communes de Boitsfort, Bruxelles-Ville et Uccle se sont également opposées au projet. Autre épine dans le pied : l'homme d'affaires Stéphan Jourdain, intéressé par le site, a attaqué Solvay en justice pour s'opposer à la vente à Aspria. Le dossier est à l'étude. XAVIER ATTOUT