A l'heure du digital, les ventes d'assurances en ligne ne décollent pas en Belgique où nos compatriotes restent attachés aux canaux traditionnels. Ainsi, sel...

A l'heure du digital, les ventes d'assurances en ligne ne décollent pas en Belgique où nos compatriotes restent attachés aux canaux traditionnels. Ainsi, selon Assuralia, 50,6 % des contrats d'assurance-vie et dommages ont été conclus via un courtier en 2018 (derniers chiffres disponibles). Ces intermédiaires au nombre de 6.000 en Belgique (1 pour 1.900 habitants) détiennent 42,5 % de parts de marché pour la vie et 61,2 % pour les polices dommages (incendie, auto, etc.). Derrière, se trouvent le canal bancaire et ses agents exclusifs (29,1 % de parts de marché) et la vente directe puisque certaines assurances (comme Ethias ou Yuzzu) disposent encore de bureaux physiques propres. La vente en ligne ne prend que 0,2 % de parts de marché et n'a pas progressé entre 2017 et 2018.