Eurostat, la direction de la Commission chargée des statistiques communautaires, vient de publier les chiffres 2016 en matière d'énergies renouvelables. Pour rappel, l'Union européenne s'est fixé pour objectif de porter à 20 % d'ici 2020 la part des renouvelables dans la consommation énergétique finale. Où en est-on ? En 2016, la part du renouvelable dans la consommation énerg...

Eurostat, la direction de la Commission chargée des statistiques communautaires, vient de publier les chiffres 2016 en matière d'énergies renouvelables. Pour rappel, l'Union européenne s'est fixé pour objectif de porter à 20 % d'ici 2020 la part des renouvelables dans la consommation énergétique finale. Où en est-on ? En 2016, la part du renouvelable dans la consommation énergétique se situe à 17 % dans l'UE. La Belgique atteint péniblement 8,7 %, ce qui la situe parmi les plus mauvais élèves de la classe. Seuls Malte (6 %), les Pays-Bas (6%) et le Luxembourg (5,4 %) font moins bien que nous. Il n'en reste pas moins que la Belgique est en phase avec les objectifs qu'elle s'était fixés. A savoir 13 % en 2020 et 8,6 % en 2016. Douze pays dont la Suède, le Danemark, la Croatie ou encore l'Italie ont atteint et dépassé leur objectif pour 2020. D'autres sont, dans cette optique, plus mal lotis que nous puisqu'ils ont un écart encore important à combler. Comme la France qui n'a pas atteint son objectif intermédiaire et doit encore gagner 7 %. Si on examine nos chiffres en détails, ils ne sont pas tous négatifs, loin s'en faut. Nous sommes en avance en termes de part du renouvelable dans la production d'électricité. D'ailleurs, les chiffres 2017 dans ce domaine font état d'une augmentation de plus de 9 %. L'électricité renouvelable correspond désormais à 14,1 % de notre production électrique totale. Un point à améliorer toutefois : le retard d'installations éoliennes en Wallonie, à la traîne par rapport à la Flandre. 86 MW seulement installés en 2017 contre 226 au nord. La Belgique peut aussi mieux faire dans les transports où elle est à la traîne par rapport à ses objectifs et aux autres pays européens. En termes de chauffage et de refroidissement, la partie la plus importante en chiffres absolus, nous avançons dans la bonne direction mais le potentiel est encore énorme.