C'est une grande première pour L'Oréal, le leader mondial des cosmétiques. Pour la première fois, les marques vendues en parfumeries et dans les grands magasins (Lancôme, Biotherm, Kiehl's, etc.) ont dépassé celles...

C'est une grande première pour L'Oréal, le leader mondial des cosmétiques. Pour la première fois, les marques vendues en parfumeries et dans les grands magasins (Lancôme, Biotherm, Kiehl's, etc.) ont dépassé celles disponibles dans la grande distribution (L'Oréal Paris, Garnier, Maybelline, etc.). Certes, d'une courte tête mais c'est symptomatique de l'évolution du groupe. Les ventes de L'Oréal Luxe ont progressé de 20,9% l'an dernier pour atteindre 12,3 milliards d'euros alors que celles de DPGP (les produits grand public) ne grimpaient que de 5,6% à 12,2 milliards. Il y a sept ans, la DPGP assurait encore à elle seule la moitié des ventes du groupe. Un résultat qui illustre aussi le changement du secteur qui est monté en gamme au profit des réseaux de distribution sélective. Ces bons résultats ont permis à L'Oréal de réaliser sa meilleure croissance depuis 1988: un bond de 16% pour atteindre un chiffre d'affaires global de 32,3 milliards d'euros. En réalité, le groupe français a progressé dans tous ses secteurs et dans toutes les zones géographiques.