Caractéristiques

L'or physique n'a aucune fonction économique. Il est donc difficile d'y accoler un prix futur. Le métal précieux ne produit ni intérêt ni dividende. Le rendement doit entièrement provenir de la hausse du cours. Un cours qui, sur les marchés internationaux, est libellé en dollars et est sensible aux anticipations de taux aux Etats-Unis. Chaque relèvement de ces taux, opéré par la Réserve fédérale américaine, accroît le coût d'opportunité de l'or puisque les investisseurs voient leur échapper davantage d'intérêts.
...

L'or physique n'a aucune fonction économique. Il est donc difficile d'y accoler un prix futur. Le métal précieux ne produit ni intérêt ni dividende. Le rendement doit entièrement provenir de la hausse du cours. Un cours qui, sur les marchés internationaux, est libellé en dollars et est sensible aux anticipations de taux aux Etats-Unis. Chaque relèvement de ces taux, opéré par la Réserve fédérale américaine, accroît le coût d'opportunité de l'or puisque les investisseurs voient leur échapper davantage d'intérêts. En décembre 2015, la Réserve fédérale a commencé à relever ses taux directeurs qui, en décembre 2018, ont atteint de 2,25 à 2,5 %. Mais au milieu de l'année 2019, la Fed a effectué une nouvelle volte-face, abaissant ses taux à trois reprises. A l'époque de la crise bancaire, en 2008 et 2009, les investisseurs se sont réfugiés dans l'or parce qu'ils craignaient un effondrement du système financier. Le métal précieux a encore enregistré un certain succès à l'époque de la crise de l'euro en 2011 et 2012, alors que l'union monétaire était au bord de l'implosion. En 2018, l'or n'a pas du tout été un mauvais investissement, pour les investisseurs indiens par exemple, parce que la roupie est retombée au plus bas niveau de son histoire face au dollar. Cependant, le statut de l'or en tant que valeur refuge est sujet à discussion. Selon les spécialistes, le prix de l'or dépend de trois facteurs. Premièrement, il existe une forte corrélation négative entre le prix de l'or et le dollar. Deuxièmement, une hausse ou une baisse des taux d'intérêt américains a toujours un sérieux impact. Et troisièmement, la demande d'or pour les investissements et pour les bijoux en provenance de Chine reste importante. Les frais sont déjà intégrés dans les prix acheteur et vendeur affichés par les négociants en métaux précieux. Ceux qui achètent ou vendent de l'or par le biais d'une banque paieront souvent des frais supplémentaires. Les investissements en or physique sont exonérés d'impôt. Aucune TVA n'est due sur les lingots et les pièces d'or. En revanche, vous payerez 21 % de TVA sur la totalité du montant de l'achat pour des lingots d'argent ou de platine et sur la marge bénéficiaire du marchand pour des pièces de monnaie. En 2019, l'or en dollars a généré un rendement fabuleux de 20 % et ce fut mieux encore en euros : 23 % ! La volte-face de la Fed se situe entre les deux. A très long terme, le rendement de l'or en dollars est d'environ 8 % mais il n'est pas impossible que l'on ait déjà pris un peu d'avance sur les années à venir. " Je pense que, depuis un certain temps, l'or n'a plus le statut d'ultime valeur refuge. Néanmoins, force est de constater que son prix montre qu'il peut encore l'être à des moments difficilement prévisibles. Mais supposer aveuglément que le cours de l'or augmentera en cas de crise est, à mon avis, une erreur. " Georgette Boele, " senior analyst " métaux précieux et diamants chez ABN Amro.