Le 18 février dernier, étaient décernés au Palais Brongniart, l'ancienne Bourse de Paris, les premiers World Restaurant Awards. Présentée en anglais par Antoine de Caunes (prenant son plus bel accent frenchie, comme dans son émission culte pour Channel 4 Eurotrash), cette cérémonie calquée sur ...

Le 18 février dernier, étaient décernés au Palais Brongniart, l'ancienne Bourse de Paris, les premiers World Restaurant Awards. Présentée en anglais par Antoine de Caunes (prenant son plus bel accent frenchie, comme dans son émission culte pour Channel 4 Eurotrash), cette cérémonie calquée sur les Oscars ou les César a remis 18 prix, non pas aux " meilleurs " restaurants du monde, mais à une série d'adresses qui se sont distinguées dans chacune des 18 catégories soumises au jugement d'un panel (respectant la parité homme-femme) de 100 chefs et journalistes internationaux. Imaginés par deux pointures de la gastronomie mondiale, le Britannique Joe Warwick (l'un des créateurs du célèbre classement Fifty Best et auteur du best-seller Where Chefs Eat) et l'Italien Andrea Petrini (déjà derrière la réunion de chefs Gelinaz ! ), ces nouveaux prix refusent toute idée de classement. Sauf qu'il fallait bien élire un " restaurant de l'année "... Et pour le coup, c'est une vraie découverte, puisqu'il s'agit du Wolfgat du jeune Sud-Africain Kobus van der Merwe, un petit restaurant locavore de 26 couverts installé en bord de plage, dans un petit village de pêcheurs à deux heures et demie de route du Cap. Lequel a également décroché le prix " Hors des sentiers battus ". Les catégories se voulaient en effet différentes, voire décalées. Avec, par exemple, le prix du chef sans tatouages remis au grand Alain Ducasse lui-même...Palmarès & rens. : www.restaurantawards.world