Rouvert en décembre 2018 après cinq années de travaux intensifs, le Musée royal de l'Afrique centrale, rebaptisé Africa Museum , connaît un destin décidément secoué. Contesté sur son repositionnement face à la mémoire coloniale belge, ma...

Rouvert en décembre 2018 après cinq années de travaux intensifs, le Musée royal de l'Afrique centrale, rebaptisé Africa Museum , connaît un destin décidément secoué. Contesté sur son repositionnement face à la mémoire coloniale belge, malgré une adaptation récente plutôt objective, le voici fermé jusqu'à nouvel ordre, comme tous ses compatriotes muséaux. Mais l'institution, toujours logée dans l'épatant parc de Tervueren, offre d'autres armes. Elle lance une plateforme de crowdsourcing qui invite le public à identifier et encoder les photos des innombrables collections du musée. Et le 17 mai, elle propose, en ligne évidemment, une journée de la biodiversité. Au-delà de ces configurations, le musée propose des conférences, visites et parcours des ateliers, où il est question de forêts tropicales soumises au changement climatique, ou d'archives incroyables, toujours à visiter en ligne. Sans oublier des podcasts diligentés depuis le musée, comme La créature mystérieuse de Goma, ou le destin d'un crâne de lion dans une projection d'avenir génétique. Beaucoup de questions et pas mal de réponses sur l'un des plus intéressants sites muséaux belges actuels.