De la pompe à essence au restaurant en passant par les boutiques, à Courtrai, vous serez bientôt pisté et géolocalisé en permanence à 10 mètres près. Les autorités de la ville ont en effet approuvé un accord-cadre avec divers o...

De la pompe à essence au restaurant en passant par les boutiques, à Courtrai, vous serez bientôt pisté et géolocalisé en permanence à 10 mètres près. Les autorités de la ville ont en effet approuvé un accord-cadre avec divers opérateurs GSM afin que ceux-ci leur transmettent les informations relevées. " Nous pourrons ainsi savoir d'où viennent les visiteurs, ce qu'ils font et leur adresser des messages en conséquence ", explique Arne Vandendriessche, échevin Open Vld de la localité. Et la vie privée dans tout cela ? Les opérateurs n'identifient pas des personnes physiques, se défend l'échevin. " Uniquement les GSM, qui sont tous porteurs d'un code, de sorte que personne ne pourra être identifié au départ des données ainsi collectées ", dit-il. Il n'en demeure pas moins que ces informations seront emmagasinées dans une base de données consultable par les CPAS ou la police, par exemple. Pionnière du GSM-tracking, la ville d'Anvers utilise déjà cette technique depuis près de deux ans mais uniquement de manière ponctuelle, pour connaître le nombre de visiteurs à des grands événements, comme la Sinxenfoor. Guillaume Capron