En 2017, la Commission européenne avait mis Google à l'amende (2,4 milliards d'euros) pour avoir favorisé Google Shopping dans ses résultats de recher...

En 2017, la Commission européenne avait mis Google à l'amende (2,4 milliards d'euros) pour avoir favorisé Google Shopping dans ses résultats de recherche. L'appel de cette décision est toujours en cours. Raison pour laquelle deux premières plaintes déposées en 2012 et 2015 par deux comparateurs de prix britanniques (Kelkoo et Foundem) sont actuellement gelées. Un troisième comparateur de prix, allemand cette fois, vient de se lancer dans la bagarre. Propriété d'Axel Springer (Bild, Die Welt, etc.), Idealo réclame 500 millions de dommages et intérêts pour revenus perdus devant un tribunal de Berlin sur base des mêmes faits de favoritisme. Selon la plateforme allemande, l'amende de 2017 n'a rien changé et les abus commis par Google continuent.