En golf, la valeur n'attend pas nécessairement le nombre des années. A 11 ans, Hugo Duquaine a déjà le swing dans la peau. Sacré récemment champion de Belgique des moins de 12 ans et du Junior Tour, il rêve déjà de suivre les traces de Nicolas Colsaerts, Thomas Pieters ou Thomas Detry. " Ce sont mes grands-parents qui m'ont inculqué le virus. Et j'ai tout de suite mordu ", confie le jeune champion, membre au club de Rigenée, à Villers-la-Ville.
...

En golf, la valeur n'attend pas nécessairement le nombre des années. A 11 ans, Hugo Duquaine a déjà le swing dans la peau. Sacré récemment champion de Belgique des moins de 12 ans et du Junior Tour, il rêve déjà de suivre les traces de Nicolas Colsaerts, Thomas Pieters ou Thomas Detry. " Ce sont mes grands-parents qui m'ont inculqué le virus. Et j'ai tout de suite mordu ", confie le jeune champion, membre au club de Rigenée, à Villers-la-Ville. A cet âge, il est évidemment aléatoire de tirer des plans sur la comète. Mais le petit Hugo impressionne tous les observateurs dans sa catégorie. Lors du récent duel Pays-Bas -Belgique, il a apporté le point décisif de la victoire à son équipe. " Je jouais dans la dernière partie. J'étais sous pression. Mais j'ai tenu bon ", sourit-il, fier d'avoir été félicité par tous ses partenaires comme s'il avait marqué un but en finale de football. Pour l'heure, bien sûr, les études sont prioritaires. Elève de sixième primaire à l'Ecole Martin V de Louvain-la-Neuve, il s'efforce de combiner les deux activités et de ramener à la maison de bons bulletins et de bonnes cartes de score. " Ce n'est pas toujours évident de tout concilier. Il s'entraîne deux fois par semaine et participe à des compétitions le week-end, en Belgique ou à l'étranger. Parfois, il a manqué une demi-journée de classe, ce qui lui a valu l'une ou l'autre remarque. Mais il est très motivé. Souvent, il étudie même dans la voiture. Il sait que c'est le prix à payer pour vivre pleinement sa belle passion ", raconte Olivier, son papa qui joue régulièrement au chauffeur ou au caddie. Du haut de son mètre soixante, Hugo frappe déjà des drives à plus de 200 mètres. " Mais mes points forts, ce sont les approches et le putting. Je les travaille même dans le jardin où on a installé un green synthétique ", ajoute-t-il, fier de son handicap de 4,4 (le plus bas en Belgique dans sa catégorie d'âge). Au club de Rigenée, sous le regard de ses professeurs Giulio Tadiotto (responsable de l'école des jeunes) et Simon Desmedt (son coach attitré), il bénéficie d'infrastructures idéales pour progresser. Et son statut d'élite de la Fédération (AFG) lui permet de participer à des stages nationaux durant les congés scolaires. En décembre prochain, il disputera même l'Orange Bowl, sur le prestigieux parcours du Trump National Doral, à Miami. De quoi alimenter ses rêves dans sa chambre où sont accrochées aux murs les photos de ses idoles Justin Rose, Dustin Johnson et Rory McIlroy. " Et je vais bientôt ajouter Tiger Woods " s'exclame le petit champion, les yeux pleins d'étincelles.