Les 300 bourgmestres de Flandre vont devoir mettre au rebut les débroussailleuses, taille-haies et autres souffleurs de feuilles utilisés par leurs agents communaux. Le nouveau gouvernement régional vient en effet de jeter l'interdit sur les outils actionnés par des moteurs deux-temps pour l'entretien des espaces verts. D'un excellent rapport poids-puissance, ces engins sont certes d'une remarquable maniabilité mais également extrêmement bruyants et polluants. En cause, le principe même du moteur deux-temps dans lequel l'huile nécessaire à la lubrification des pièces en mouvement est mélangée au carburant avant même d'arriver au carburateur. Avec les gaz et les particules fines qu'ils rejettent, ces moteurs sont de véritables catastrophes écologiques, commente Mark Pecqueur, professeur en technologie automobile à la Haute école Thomas More. Selon lui, son l'usage devrait être banni, y compris pour les vélomoteurs, surtout dans les zones de basse émission.

L'investissement nécessaire étant conséquent ¬ chaque commune possède plusieurs dizaines de ces appareils ¬, la mesure ne sera pas immédiatement d'application. La Ville de Knokke a toutefois décidé de prendre les devants et d'interdire prochainement tant à ses résidents qu'aux entrepreneurs de jardin l'usage d'une technologie qui, estime-t-elle, " n'est tout simplement plus de notre temps ".