Double surprise la semaine dernière année autour de la Sabca. Depuis la décision du gouvernement belge de ne pas choisir le Rafale pour remplacer les F-16, on...

Double surprise la semaine dernière année autour de la Sabca. Depuis la décision du gouvernement belge de ne pas choisir le Rafale pour remplacer les F-16, on s'attendait à ce que Dassault se sépare des 52,96 % du capital qu'il possède dans le groupe aéronautique belge. Une participation qui date des années 1960 quand l'armée belge avait acheté des Mirage. Non seulement les Français n'ont pas vendu, mais ils viennent même d'acheter pour une bouchée de pain (17 millions d'euros, soit 7,17 euros par action alors que le cours est à 23) les 43,57 % du groupe néerlandais Fokker. Que va faire Dassault de cette participation ultra-majoritaire ? Mystère. D'autant que la Sabca est perdante dans l'arrêt de l'A380, moins présente dans Ariane 6 et fort dépendante de l'entretien des F-16...