A la mi-octobre 2018, Delhaize lançait en grande pompe un cinquième concept de magasin à côté de ses supermarchés, AD, Proxy et autres Shop&Go. Le Fresh Atelier, dont le premier fut inauguré galerie Ravenstein à Bruxelles, devait répondre aux besoins d'une clientèle urbaine attirée par les produits frais et on the go : d...

A la mi-octobre 2018, Delhaize lançait en grande pompe un cinquième concept de magasin à côté de ses supermarchés, AD, Proxy et autres Shop&Go. Le Fresh Atelier, dont le premier fut inauguré galerie Ravenstein à Bruxelles, devait répondre aux besoins d'une clientèle urbaine attirée par les produits frais et on the go : des jus, des smoothies, des soupes, des sandwiches, des plats chauds pour le lunch ou le dîner, des sushis, etc. Outre un petit assortiment d'un bon millier de références, le citadin, comme c'est très courant en France, pouvait s'y faire livrer une commande effectuée sur Delhaize.be visant l'ensemble de la gamme de l'enseigne au lion. Le groupe était ambitieux et envisageait 200 ouvertures dans les trois années. Las, ce chiffre s'arrêtera à 10 : la pandémie a eu raison du concept Fresh Atelier et Delhaize a décidé d'arrêter les frais. " Le Covid-19 a fortement influencé le comportement des clients et, par ricochet, le concept on the go, explique Roel Dekelver, porte-parole de Delhaize. Et nous pensons que cette évolution sera durable, même lorsqu'un vaccin sera disponible. " La demande de ces produits est en effet en forte baisse. Il s'explique par le retour de la cuisine maison sous l'effet du confinement mais également de la baisse de la mobilité des Belges. L'avènement du télétravail a aussi réduit le besoin de tels produits sur l'heure de midi. Sur les 10 Fresh Atelier, deux vont devenir un Shop&Go (Ravenstein et Leuven), un va fermer (Meir) et celui de la gare du Nord va rester inchangé. Les six autres vont muter vers un nouveau concept encore inconnu à ce stade.