Le geste n'est pas courant. En témoignage de gratitude envers les employés, la famille Wintermans, propriétaire d'Agio Cigars, a décidé de leur partager 10 millions d'euros au prorata de leur ancienneté et de la hauteur de leur salaire. La mesure concerne au total 3.200...

Le geste n'est pas courant. En témoignage de gratitude envers les employés, la famille Wintermans, propriétaire d'Agio Cigars, a décidé de leur partager 10 millions d'euros au prorata de leur ancienneté et de la hauteur de leur salaire. La mesure concerne au total 3.200 employés parmi lesquels ceux de l'usine de Westerlo qui couvre près de 10 % du marché belge du cigare. Fondé voici 115 ans à Duizel, juste de l'autre côté de la frontière, Agio Cigars était devenu au fil des ans un groupe actif dans neuf pays et réalisant un chiffre d'affaires de 113 millions d'euros. Indépendant et fier de l'être, Agio Cigars s'est progressivement senti piégé par une réglementation jugée aussi tatillonne que disproportionnée. Y répondre impliquait de tels investissements que, la mort dans l'âme, la famille a décidé de passer la main et de céder, pour 210 millions d'euros, le groupe au géant Scandinavian Tobacco. Mécontents de la prime - 250 euros - offerte à l'occasion de ce changement d'actionnaire, les employés de l'usine de Westerlo ont arrêté le travail. Au cours des discussions qui ont suivi, les liens étroits entretenus avec le siège central voisin ont fini par jouer : emporté par ses émotions, Ad Wintermans a fini par proposer 10 millions d'euros à partager entre tous, explique Rudy Molenberghs, délégué syndical socialiste de l'entreprise.